La Liberté

Une question de sensibilité

Publié le 11.08.2022

Temps de lecture estimé : 1 minute

Partager cet article sur:

Il y a des choses qui clochent à Fribourg, pour ne pas dire qu’il s’y passe parfois de vilaines combines.

Les douze animaux créés par le sculpteur Antoine Claraz (1909-1997) pour les places de jeux de la Cité des Alpes, à la route de Villars, ont tous été arrachés à leur emplacement d’origine, voués à enrichir la décharge de Châtillon. Heureusement, neuf d’entre eux ont pu être hébergés in extremis chez des particuliers.

Le sort d’autres œuvres de Claraz n’est pas moins funeste: la fontaine Les phoques installée en 1957 à l’école du Botzet a disparu lors de l’agrandissement du site scolaire. Le Porteur de lampe devant l’édilité s’est évaporé lui aussi, une sculpture réalisée en 1942 pour ce bâtiment qui était alors l’école secondaire des garçons.

Il y a quelque temps, une poubelle a été installée à côté de la Pleureuse à la rue de Romont, une œuvre de l’artiste zurichoise Franziska Koch. Cette poubelle a fort heureusement été placée plus loin, mais depuis peu, la Pleureuse a été tournée d’un quart de tour. Quant à la fontaine de la Fidélité, après restauration, elle a été remontée de travers!

Le monument en hommage au coureur automobile Jo Siffert, la fontaine réalisée par Jean Tinguely pour les Grand-Places, devrait être déplacé sur la place de la Gare. Dans ce dernier cas, il est encore temps de faire marche arrière.

Sylvie Genoud Jungo, secrétaire générale Pro Fribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11