La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

PLR: Avec sa position sur l’école, le parti recherche «son côté populaire»

Nouveau vice-président suisse d’un parti en difficulté, le conseiller national genevois Cyril Aellen veut faire du PLR une force de proposition.

Cyril Aellen, à droite, avec d’autres membres de la présidence du PLR. © Keystone
Cyril Aellen, à droite, avec d’autres membres de la présidence du PLR. © Keystone

Guillaume Chillier

Publié le 22.06.2024

Temps de lecture estimé : 4 minutes

A bout de souffle, l’école obligatoire? Oui, répond avec férocité le PLR. Dans un papier de position adopté ce samedi par l’assemblée des délégués, iI voit l’éducation sans smartphone, sans «idéologie woke» et, surtout, il estime que l’école inclusive n’a pas atteint ses objectifs. Voilà de quoi occuper les nouveaux vice-présidents du PLR, qui ont remplacé samedi le Valaisan Philippe Nantermod et la Fribourgeoise Johanna Gapany. Pour l’un d’eux, le conseiller national genevois Cyril Aellen, c’est un retour aux fondamentaux du parti.

Le PLR, parti de l’éducation. Ce n’est pas un thème sur lequel vous êtes attendu…

Cyril Aellen: En fait, oui. La formation de base ou l’école inclusive sont très concernantes pour la population et très discutées dans les cantons. Ces dernières années, il y a eu plusieurs changements à la tête de l’instruction publique dans les régions et le PLR a revendiqué, puis obtenu ces postes. C’est donc une conséquence logique: le PLR doit donc être une

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11