La Liberté

Les Power Cats en finale!

La large victoire de Guin de samedi dernier envoie Samantha Cash et les Singinoises en finale du championnat. Alain Wicht-archives
La large victoire de Guin de samedi dernier envoie Samantha Cash et les Singinoises en finale du championnat. Alain Wicht-archives
Partager cet article sur:
18.03.2021

Pour la première fois, Guin jouera la finale après la mise en quarantaine de Sm’Aesch

Patrick Biolley

Volleyball » Près de treize ans après son arrivée en ligue A, Guin tient sa première finale du championnat. Mais ce n’est certainement pas de la manière qu’avaient imaginée Christian Marbach et son équipe. Car c’est un cas d’école qui a agité hier la Suisse du volley. Un imbroglio qui n’aurait pu arriver qu’en période de Covid-19. Dans la soirée de mardi, deux joueuses et un membre du staff de Sm’Aesch, l’adversaire du club singinois en demi-finale des play-off, ont été placés en isolement après des tests positifs au coronavirus. Le reste de l’équipe a été mis en quarantaine préventive. Swiss Volley – la fédération nationale – a averti les clubs dans la nuit de mardi à mercredi que le troisième acte de la série devant se tenir hier soir était dans un premier temps annulé.

Dans un premier temps seulement, car les directives introduites avant les play-off stipulent bien que si une quarantaine est déclarée alors que deux matches des demi-finales ont déjà été joués, la série doit s’arrêter et le vainqueur déclaré au total des sets. Les deux équipes ayant remporté chacune une rencontre 3-0, ce sont les points qui ont fait foi, à l’avantage de Guin 133 à 131! «Pour garantir la planification des play-off, nous avons mis en place des directives et les clubs les connaissaient, souligne Alessandro Raffaelli, responsable des compétitions à Swiss Volley. Cela compte. Même si sportivement un troisième match aurait pu avoir du sens, nous devons respecter le règlement.»

«Même si sportivement un troisième match aurait pu avoir du sens, nous devons respecter le règlement.»
Alessandro Raffaelli

Fin en queue de poisson

Du côté singinois, le champagne n’était pas de sortie, malgré la qualification historique. «Nous avons toujours estimé que respecter le règlement était la meilleure chose à faire, réagit Christian Marbach, président des Power Cats. Je ne m’en réjouis pas, mais c’est une décision juste, car elle suit ce qui a été décidé au préalable. Sinon, à quoi bon faire des règlements…» Le club bâlois a bien tenté de proposer une exception en jouant une troisième rencontre décisive, une fois son équipe première sortie de quarantaine, mais Swiss Volley a tranché tard hier soir: demi-finale arrêtée, Guin qualifié. «Qui sait ce qui peut se passer en dix jours?», questionne Christian Marbach. «Ce n’est pas fair-play non plus, car si une joueuse se blesse entre-temps, on fait quoi? On demande d’attendre son retour? C’est de la malchance pour Aesch et j’en suis navré.»

La fin de cette série, qui s’annonçait magnifique après les spectaculaires passes d’armes des deux premières rencontres, se termine donc en queue de poisson. Et c’est le premier cas en Suisse, dans un sport collectif majeur, d’une directive Covid-19 qui décide de l’issue d’une série de play-off. «Cela ne veut pas dire que Sm’Aesch ne fera pas recours juridiquement, rappelle le président du club singinois. Mais je sais que ce ne sera pas dirigé contre nous. Il n’y a pas de bagarre entre Guin et Aesch. Si notre adversaire part en guerre, ce sera contre le règlement.»

«Si notre adversaire part en guerre, ce sera contre le règlement.»
Christian Marbach

Rendez-vous le 5 avril

Reste que le Leimacker vivra la première finale de son histoire. Si Guin est cette fois du côté des gagnants, cela n’a pas toujours été le cas. Il y a deux ans, lors de la première saison sans Volero, les Power Cats avaient dominé le championnat, terminant premières de la saison régulière avant que Danielle Harbin, leur topscoreuse et meilleure joueuse de ligue A, se blesse lors du premier acte du quart de finale, laissant Guin orphelin… Voilà qui est donc «réparé». «Nous sommes contents d’être en finale, même si nous sommes conscients de la chance qui a été la nôtre, rappelle Christian Marbach. C’est un but qui est atteint et on ne pourra pas nous dire que ce n’est pas mérité sportivement.»

L’entraîneur Dario Bettello, injoignable hier dans la soirée, aura donc deux semaines et demie pour préparer son équipe pour la plus grande des échéances. Le premier acte de la finale se tiendra le lundi 5 avril. Il ne reste qu’à connaître l’adversaire de Guin. Dans l’autre demi-finale, Schaffhouse a remporté l’acte III hier soir à Neuchâtel (1-3) et mène 2-1 dans la série.

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00