La Liberté

Zoug sacré champion de Suisse

Deuxième titre de champion de Suisse pour Zoug après celui décroché en 1998. © Keystone
Deuxième titre de champion de Suisse pour Zoug après celui décroché en 1998. © Keystone
Partager cet article sur:
08.05.2021

Les joueurs de Dan Tangnes ont battu hier soir Genève-Servette 5-1 et remportent la série finale (3-0)

Hockey sur glace » Zoug a conquis son deuxième titre de champion de Suisse après celui décroché en 1998. Les joueurs de Dan Tangnes se sont imposés 5-1 pour enlever la série 3-0 face à Genève-Servette.

Et soudain Grégory Hofmann a allumé les fusées de ses patins. A la 49e minute et alors que les Zougois attendaient de récupérer Kovar, le Jurassien bernois a flairé le bon coup. Des coups de patins rageurs pour prendre de vitesse Le Coultre et Karrer et inscrire le 2-1 face à un Daniel Manzato impuissant.

Une vitesse folle

Considéré comme l’un des meilleurs attaquants évoluant en Suisse et doté d’une vitesse folle, l’avion de chasse de l’EVZ a pris le relais de son compère Dario Simion pour offrir ce titre aux Alémaniques. Car en plus de ce but exceptionnel, Hofmann a inscrit le 1-0 à la 24e. De manière assez incompréhensible, le Jurassien bernois a pu s’y reprendre à trois fois devant Manzato pour glisser le puck au bon endroit. En la circonstance, Simon Le Coultre a laissé beaucoup trop de marge au No 15 zougois. Avec ses deux réussites, Hofmann a réussi son 25e doublé en National League.

Et 18 secondes après son rush, c’est lui qui a servi Diaz, dont le lancer de la bleue a pu trouver Klingberg pour une habile déviation. Autant dire que dès ce moment-là, Genève a arrêté d’y croire. «On a tout donné, a reconnu un Daniel Manzato très ému au micro de la RTS. Ce fut une saison longue et épuisante, mais on est fier de nous. De toute façon, on ne pouvait pas plus.» ats

Zoug - Ge-Servette 5-1 (0-0 1-1 4-0)

50 spectateurs. Arbitres: Stolc/Stricker, Progin/Steenstra. Buts: 24e Hofmann (Simion, Kovar) 1-0. 39e Tömmernes (Richard, Winnik/à 5 contre 4) 1-1. 49e (48’46) Hofmann 2-1. 50e (49’04) Klingberg (Diaz, Hofmann/à 5 contre 4) 3-1. 57e Albrecht (Klingberg) 4-1. 60e (59’20) Simion 5-1 (cage vide). Pénalités: 3 x 2’+ 10’ (Kovar) contre Zoug, 5 x 2’contre Genève-Servette.

Zoug: Genoni; Diaz, Stadler; Cadonau, Zgraggen; Schlumpf, Geisser; Gross; Simion, Kovar, Hofmann; Martschini, Shore, Abdelkader; Klingberg, Albrecht, Zehnder; Leuenberger, Senteler, Bachofner; Langenegger.

Genève-Servette: Manzato, Jacquemet, Tömmernes; Karrer, Le Coultre; Völlmin, Kast; Guebey; Vouillamoz, Winnik, Omark; Rod, Richard, Vermin; Moy, Fehr, Miranda; Montandon, Berthon, Patry; Smirnovs.

Notes: Zoug sans Wüthrich (blessé), Alatalo (suspendu) ni Thorell (surnuméraire), Genève-Servette sans Asselin (surnuméraire), Descloux, Maurer, Mercier ni Smons (blessés). Genève-Servette sans gardien de 57’03 à 59’20.


COMMENTAIRE

A Zoug, la victoire par H + P

Nous sommes en 1998, et le Zoug de Wes Walz et Bill McDougall, Canadiens au sens du but aiguisé, remporte dans la «cathédrale» de Davos un titre amplement mérité. Aiguisés encore, comme les lames d’Andre Roetheli, patineur racé que Grégory Hofmann ne renierait pas. Aiguisés enfin, comme les poings du talentueux Misko Antisin dans la face de qui avait le malheur de le chercher. Et de le trouver. A chaque réussite, une lumière rouge s’allumait, preuve que le gardien avait capitulé. Par un tir à ras de glace le plus souvent, le style papillon n’ayant pas encore été inventé. Au champagne, les hockeyeurs ont toujours préféré la bière. Celle qui avait arrosé le car zougois à son retour des Grisons avait accouché d’une scène mémorable: imaginez une troupe de joyeux lurons se soulager sur une aire d’autoroute devant les caméras de la télévision…

C’était le siècle dernier. Vingt-trois ans plus tard, l’Eissportverein Zug s’est construit de nouveaux souvenirs. Comme le premier, le deuxième trophée, remporté hier au détriment de Genève-Servette, n’est pas volé. Ne pas comparer les époques. A une certaine vision romantique du sport a succédé l’obsession scientifique d’un homme, un seul: Hans-Peter Strebel, président-mécène qui a fait fortune dans la pharmacologie. Sans lui, pas de Hofmann ni de Leonardo Genoni. Pas de Justin Abdelkader, attaquant aux 803 matches de NHL arrivé en cours de saison, non plus.

Argovien de souche, Lucernois d’adoption mais Zougois de cœur, Dr Strebel met la main au porte-monnaie et rafistole les budgets. Mais sous ses cheveux blancs qui tranchent avec le noir de ses lunettes, son cerveau de savant fou est, à 72 ans, toujours aussi remuant. La Zoug Academy, fondée en 2014 et qui a formé Tobias Geisser, Nico Gross ou encore Yannick Zehnder, c’est un peu lui. L’été passé, celui que ses proches appellent HP, du nom d’une calculatrice à la mode dans les bahuts en 1998, a inauguré à Cham ce qui est peut-être sa plus grande fierté: OYM (pour «On Your Marks»), centre de performance high-tech où les athlètes de tous bords, et les joueurs de hockey de Suisse centrale en particulier, peuvent continuer à se développer.

Ici, la patinoire est rétractable, une montre connectée est indissociable de chaque repas et le mur de tirs n’est pas qu’un souffre-douleur où s’écrasent les rondelles, mais un laboratoire qui mesure temps de réaction, vitesse et acuité du lanceur. Coût de l’infrastructure: 100 millions. Le prix de la victoire, conquise par A + B. Ou par H + P. Après avoir sorti autant de sous de sa poche, voici Hans-Peter Strebel récompensé. Enfin.

Pierre Salinas

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00