La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Père au foyer et hockeyeur du dimanche: à Lévis, la vie presque normale de David Desharnais

L’ancien attaquant de Fribourg-Gottéron coule une retraite tranquille dans la banlieue de Québec, à la maison mais aussi et toujours sur la glace. Sa priorité? Le bien-être de sa petite famille.

David Desharnais continue d’enfiler son équipement, a minima deux fois par semaine. © Alain Wicht-archives
David Desharnais continue d’enfiler son équipement, a minima deux fois par semaine. © Alain Wicht-archives

Pierre Schouwey

Publié le 27.02.2024

Temps de lecture estimé : 5 minutes

David Desharnais a du retard sur l’horaire prévu. «L’avion n’est pas à l’heure, désolé», s’excuse par message le Canadien qui, aussitôt arrivé à destination, tiendra sa promesse. «Salut, comment ça va à Fribourg?» Le ton est enjoué. L’accent, lui, n’a pas bougé. «C’était un petit vol d’une heure, précise-t-il au bout du fil. Avec plusieurs anciens joueurs, nous allons affronter une équipe de mineurs – de gens qui travaillent dans une mine, oui, c’est ça – à Val-d’Or. Ils pensent affronter une sélection d’ex-baseballeurs qui ont commencé le hockey il y a trois ans. Nous allons faire semblant de ne pas savoir patiner pendant un tiers, pour mieux les surprendre dans les deux périodes suivantes. Bref, c’est une longue histoire.»

Finis, les tracas des résultats. Envolée, la peur du compétiteur obsédé par ses statistiques – il les connaissait par cœur – de ne pas faire son point par match. Derrière lui, l’obligation de voyager loin des siens deux à trois soirs par semaine. Près d’un

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11