La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Quand Fribourg éteint les réverbères

La ville-centre a élaboré une stratégie pour limiter la pollution lumineuse. Aux habitants de s’exprimer

Peinture au sol (à g.) ou dalles phosphorescentes dans l’Auge, Fribourg propose des alternatives aux lampadaires. A terme, la ville pourrait économiser la moitié de sa consommation électrique nocturne. © Alain Wicht
Peinture au sol (à g.) ou dalles phosphorescentes dans l’Auge, Fribourg propose des alternatives aux lampadaires. A terme, la ville pourrait économiser la moitié de sa consommation électrique nocturne. © Alain Wicht

Photos Alain Wicht Textes Patrick Chuard

Publié le 18.03.2022

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Partager cet article sur:

Environnement » La capitale cantonale franchit un cap dans la chasse au gaspillage lumineux. La ville propose aux habitants de donner leur avis sur de nouvelles installations ces prochaines semaines. En lieu et place de lampadaires qui arrosent tout un quartier, la ville mise sur des lumières tamisées, des graviers lumineux, voire l’obscurité complète dans certains secteurs.

«A la population de nous dire ce qu’elle en pense», déclarait hier soir la conseillère communale Andrea Burgener Woeffray (ps), lors d’une visite dans différents quartiers à l’attention des médias. L’édile, chargé de l’urbanisme et de l’environnement, applique une stratégie qu’il affectionne: le dialogue avec la population. Fribourg entend «agir contre la pollution lumineuse, qui dérange un nombre grandissant d’habitants mais constitue

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11