La Liberté

Plus de graines, plus de tiques

Partager cet article sur:
13.04.2021

Forêts » Par l’intermédiaire des rongeurs, les hêtres jouent un rôle dans la multiplication des parasites.

Si le nombre de graines d’un hêtre augmente au cours d’une saison, le nombre de tiques infectées par la borréliose de Lyme augmentera deux ans après. En effet, qui dit plus de graines, dit davantage de rongeurs l’année suivante, rongeurs qui sont les principaux hôtes des parasites.

«Il s’agit de la première étude en Europe à démontrer que la production de graines par des arbres à feuilles caduques influence la densité des nymphes infectées et donc le risque de borréliose de Lyme», note Cindy Bregnard, première auteure d’un article sur le sujet publié dans Parasites and Vectors et doctorante au Laboratoire d’écologie et d’épidémiologie parasitaires de l’Université de Neuchâtel. La découverte résulte de l’analyse de données relevées pendant quinze ans sur l’abondance de tiques sur la montagne de Chaumont.

Cette découverte pourrait avoir une portée prédictive: «Il y aura beaucoup de tiques si les hêtres ont produit beaucoup de graines deux ans auparavant.» L’incidence de la borréliose de Lyme est en constante augmentation en Europe. Les chercheurs supposent que leurs conclusions peuvent également s’appliquer à d’autres maladies transmises par ces parasites, comme l’encéphalite à tiques. ATS

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00