La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Lobbying autour du Sahara occidental

Après la reconnaissance américaine, Rabat mise sur l’Europe pour faire avancer son initiative d’autonomie

Manifestation pour l’autodétermination du peuple sahraoui en mars dernier à Madrid, en réaction à la prise de position du Gouvernement espagnol en faveur du plan d’autonomie du Sahara occidental sous souveraineté marocaine. © Keystone
Manifestation pour l’autodétermination du peuple sahraoui en mars dernier à Madrid, en réaction à la prise de position du Gouvernement espagnol en faveur du plan d’autonomie du Sahara occidental sous souveraineté marocaine. © Keystone

Vincent Braun (avec Pascal Fleury)

Publié le 20.05.2022

Temps de lecture estimé : 1 minute

Partager cet article sur:

Territoire » Le dossier du Sahara occidental empoisonne toujours les relations entre le Maroc et l’Algérie. Les deux frères ennemis du Maghreb s’opposent depuis près de cinquante ans sur l’avenir de ce territoire désertique au sud-ouest du Maroc, une ancienne colonie espagnole que l’ONU considère comme un «territoire non autonome» en attente d’un statut final.

Le Maroc, qui occupe militairement et administre (sans reconnaissance onusienne) plus de trois quarts du territoire, propose depuis 2007 une large autonomie sous sa souveraineté pour ce qu’il appelle ses «provinces du Sud». De son côté, le représentant du peuple sahraoui, le Front Polisario, soutenu par l’Algérie et qui a fondé une République arabe sahraouie démocratique (RASD), demande toujours un référendum d’autodétermination,

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00