La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Les Puces, le trésor caché de Paris

Les Puces de Saint-Ouen sont une institution, un «musée» du patrimoine à ciel ouvert, vivant et gratuit

De la soucoupe finlandaise aux 15 marchés, mieux vaut chausser des baskets pour parcourir les Puces de Saint-Ouen! © OTI Plaine Commune Grand Paris/Stéphanie Fontenoy
De la soucoupe finlandaise aux 15 marchés, mieux vaut chausser des baskets pour parcourir les Puces de Saint-Ouen! © OTI Plaine Commune Grand Paris/Stéphanie Fontenoy
De la soucoupe finlandaise aux 15 marchés, mieux vaut chausser des baskets pour parcourir les Puces de Saint-Ouen! © OTI Plaine Commune Grand Paris/Stéphanie Fontenoy
De la soucoupe finlandaise aux 15 marchés, mieux vaut chausser des baskets pour parcourir les Puces de Saint-Ouen! © OTI Plaine Commune Grand Paris/Stéphanie Fontenoy
De la soucoupe finlandaise aux 15 marchés, mieux vaut chausser des baskets pour parcourir les Puces de Saint-Ouen! © OTI Plaine Commune Grand Paris/Stéphanie Fontenoy
De la soucoupe finlandaise aux 15 marchés, mieux vaut chausser des baskets pour parcourir les Puces de Saint-Ouen! © OTI Plaine Commune Grand Paris/Stéphanie Fontenoy
De la soucoupe finlandaise aux 15 marchés, mieux vaut chausser des baskets pour parcourir les Puces de Saint-Ouen! © OTI Plaine Commune Grand Paris/Stéphanie Fontenoy
De la soucoupe finlandaise aux 15 marchés, mieux vaut chausser des baskets pour parcourir les Puces de Saint-Ouen! © OTI Plaine Commune Grand Paris/Stéphanie Fontenoy
De la soucoupe finlandaise aux 15 marchés, mieux vaut chausser des baskets pour parcourir les Puces de Saint-Ouen! © OTI Plaine Commune Grand Paris/Stéphanie Fontenoy
De la soucoupe finlandaise aux 15 marchés, mieux vaut chausser des baskets pour parcourir les Puces de Saint-Ouen! © OTI Plaine Commune Grand Paris/Stéphanie Fontenoy

Stéphanie Fontenoy

Publié le 03.11.2021

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Partager cet article sur:

Saint-Ouen » «J’ai fait du velours aujourd’hui, et toi? Oh moi, j’ai été lavé.» En jargon de brocanteurs, «le velours» est le bénéfice réalisé sur une vente. «Etre lavé» signifie ne rien avoir gagné de la journée… C’est le lot quotidien aux Puces de Saint-Ouen, au nord de Paris. Depuis les «biffins», les chiffonniers qui déballent à même le trottoir, aux brocanteurs qui ramènent leurs trouvailles de toute la France et jusqu’aux grands antiquaires dont la marchandise vaut de l’or… Cela fait 150 ans que ça dure. Pouvait-on deviner une telle longévité? Dans les années 1870, les récupérateurs, chassés de la capitale, s’installent de l’autre côté des fortifications, sur la commune de Saint-Ouen, à deux pas de

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00