La Liberté

La Suisse ne peut pas se passer de l’UE

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le destin économique de la Suisse est inextricablement lié à celui de l’Union européenne, ne serait-ce que par sa dépendance à la main-d’œuvre des frontaliers. © Keystone
Le destin économique de la Suisse est inextricablement lié à celui de l’Union européenne, ne serait-ce que par sa dépendance à la main-d’œuvre des frontaliers. © Keystone
Partager cet article sur:
09.07.2021

La dépendance économique vis-à-vis de l’Europe est extrêmement élevée, prévient UBS

Yves Genier

Macroéconomie » La Suisse pourrait être tentée de suivre l’exemple britannique et de faire cavalier seul face à l’Union européenne après l’abandon des négociations sur l’accord-cadre le 26 mai dernier. Mais «le prix en serait très élevé», estime UBS. Daniel Kalt, chef économiste, et Alessandro Bee, spécialiste des études économiques, ont détaillé la facture lors d’une visioconférence hier matin.

«Sans libre circulation des travailleurs, la Suisse ne pourra que très difficilement satisfaire les besoins de main-d’œuvre des entreprises. Aussi devra-t-elle choisir entre une politique de migration ouverte, et donc conserver la libre circulation, prendre des mesures coûteuses pour encourager le plus de gens possible à aller travailler», ont-ils prévenu.

Ces coûts, ont-ils détaillé, seront de deux ordres. Le premier sera un relèvement de l’âge de la retraite à 67 ans afin de conserver les gens plus longtemps au travail et ralentir la vague de départs prévue ces prochaines ann

Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00