La Liberté

Avec surtitres, bitte sehr

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le Röstigraben incarné au Théâtre des Osses par Geneviève Pasquier et Niklaus Talman. © Charly Rappo-archives
Le Röstigraben incarné au Théâtre des Osses par Geneviève Pasquier et Niklaus Talman. © Charly Rappo-archives
Partager cet article sur:
06.03.2021

Comment traverser les frontières linguistiques? Plus que les pièces bilingues, les théâtres plébiscitent les surtitres. Tour d'horizon

Elisabeth Haas

Scènes » La pandémie a mis le monde théâtral à l’arrêt, mais les institutions fourmillent de projets. Celui des échanges linguistiques notamment, des chocs de cultures, que le festival de traduction Aller-Retour de Fribourg évoquera aujourd’hui, en ligne. Pas besoin de traverser la frontière ni le Röstigraben pour apprécier des textes joués dans d’autres langues. A la Comédie, c’est même devenu un credo: «Nous avons toujours considéré que le théâtre, c’est bien en langue originale. Ce serait dommage de se priver d’œuvres d’autres langues», défend Denis Maillefer. Un bon acteur porte en lui «une approche, un style de jeu, avec des spécificités liées à sa langue. Nous ne voulons pas nous priver de ça.»

Le codirecteur de l’institutio

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00