La Liberté

«Je me sens orphelin, je dois gérer un vide»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Partager cet article sur:
11.07.2020

Mon étrange été (2/7)

Directeur du Montreux Jazz, Mathieu Jaton affronte une situation inédite mais pense déjà à la suite.

Sans cette maudite pandémie, l’édition 2020 du festival battrait son plein. Comment vivez-vous cette situation?

Mathieu Jaton: Je ne suis pas le seul dans ce cas mais j’éprouve un sentiment étrange. Depuis 25 ans, le festival a rythmé ma vie: la préparation, les montées d’adrénaline, les rencontres, les moments forts, les découvertes musicales. Rien qu’en vous parlant, j’ai des frissons. Je me sens orphelin, je dois gérer un vide.

L’édition 2021 ressemblera-t-elle à celle de 2019?

La prochaine édition? Elle sera forcément différente dans son esprit. Quelle que soit la forme permis

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00