La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Traduction: L’esprit ouvert selon Yael Inokai

Attendue au Salon du livre de Genève début mars, la Bâloise signe un roman à la fois nerveux et sensible autour d’une singulière opération chirurgicale.

Une simple intervention est le troisième roman de cette écrivaine née en 1989 à Bâle, établie à Berlin. © Ladina Bischof
Une simple intervention est le troisième roman de cette écrivaine née en 1989 à Bâle, établie à Berlin. © Ladina Bischof

Stéphane Maffli

Publié le 23.02.2024

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Meret est infirmière dans un grand hôpital où se pratique un acte chirurgical radical et inédit qui guérit certaines souffrances psychiques. Une simple intervention qui donne son titre au roman de la Bâloise Yael Inokai, déjà remarquée en 2018 par l’un des prestigieux Prix suisses de littérature, traduite ici pour la première fois en français grâce à Camille Logoz.

Qu’est-ce qui rend si particulier ce livre plongeant dans l’univers médical? Pendant que le médecin opère, les patients doivent être éveillés. Le rôle de Meret, la narratrice, est de leur parler, de les occuper, de leur enlever leur peur pendant que le docteur neutralise certaines zones du cerveau. «Il y a quelque chose en vous, et je vais l’endormir. Ça ne vous dérangera plus. Ça dormira pour toujours. C’est aussi simple que ça», explique doctement le médecin avant l’opération.

Conformisme étouffant

Meret était heureuse d’avoir été choisie pour assister le docteur dans ce nouveau traitement prestigieux.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11