La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

La plume brûlée d’Icare

La plume brûlée d’Icare
La plume brûlée d’Icare
Publié le 07.05.2022

Temps de lecture estimé : moins d'1 minute

Partager cet article sur:

Marie-Claire Dewarrat » On admirait la veine caustique et crépusculaire de ses Couchers de soleils (2019), trois nouvelles où le verbe acerbe de Marie-Claire Dewarrat conjuguait l’humain au futur. Style mariant au burlesque le funeste, dont on retrouve les accents dystopiques dans Le chagrin d’Icare.

Ecrivain goncourisé et oublié, Icarius Montefumato se souvient de son passage dans l’Al Bekaba, sorte de Babel mystique qui contenait tous les livres du monde avant que les tenants d’un Ordre Nouveau ne s’en emparent pour transformer les auteurs en otages et leurs ouvrages en sacrilèges à expier. Rescapé, le narrateur se met en tête de «soustraire au monde toutes les traces de collusion volontaire entre la littérature et [lui]», par de petits larcins ou de grands incendies.

Avec ce roman-fable épaissi par une tenace mélancolie, la Châteloise médite sur l’illusion qui consiste à «faire entrer un monde qui ne tourne pas rond dans le moule rectangulaire d’un livre». Hommage e

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00