La Liberté

L’imposture, tout un art

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
L’artiste Jeff Koons présentant son œuvre Titi en 2012, à la Fondation Beyeler de Riehen. © Keystone
L’artiste Jeff Koons présentant son œuvre Titi en 2012, à la Fondation Beyeler de Riehen. © Keystone
Partager cet article sur:
16.04.2021

Dégonflant, comme une baudruche, les prétentions de l’art contemporain, Benjamin Olivennes suggère une autre histoire de la peinture occidentale

Thierry Raboud

Beaux-arts » Si tout le monde l’affirme, c’est que ce truc doit bien être de l’art, non? Voir ces baudruches monumentalement kitch signées Jeff Koons, que les milliardaires s’arrachent pour mieux s’afficher. Voir aussi ces provocations des stars Maurizio Cattelan (la banane scotchée sur un mur, à 120’000 dollars, c’était lui), Paul McCarthy (le bouffonnesque «plug anal» gonflé place Vendôme, c’était lui) ou Damian Hirst (le requin flottant dans le formol, c’était lui)…

Impression d’un «immense foutage de gueule»? Né en 1990, Benjamin Olivennes n’hésite pas à l’affirmer dans un essai intitulé L’autre art contemporain, vrais artistes et fausses valeurs. Comme «personne n’a jamais été ému, bouleversé, épaté, admiratif&raq

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00