La Liberté

Jaccottet, avec figure absente

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Partager cet article sur:
26.02.2021

Le poète vaudois s’en est allé. Reste l’œuvre, de clair et d’obscur, parmi les plus ardentes de son temps

Thierry Raboud

Hommage » Le voilà revêtu de cette ultime vertu, de cette disposition que l’on présume à tous les poètes magistraux – être mort. Philippe Jaccottet, disparu mercredi à l’âge de 95 ans, ne nous aurait pas tenu rigueur de cette bravade liminaire, tant l’œuvre, célébrée, «pléiadisée» mais surtout lue, instillait par sa stature même le doute que son auteur fût vivant. Si extraordinairement vivant. «J’étais persuadé (on aurait pu me couper un doigt!) que les poètes avaient disparu», ironisait ainsi Amaury Nauroy à l’heure de faire le récit de ses visites au grand homme, de dépeindre le mythe en ses petits à-côtés. «Je m’étonne qu’aucun photographe n’ait pensé à le saisir de retour du marché, son sac de poi

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00