La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Les débuts de Jean-Frédéric Schnyder

Jean-Frédéric Schnyder, Teddy douce, 09.1984, et Dritchi VIII, 1986, deux huiles sur toile, Kunstmuseum Bern, collection Toni Gerber, Berne – donations de 1983 et de 1993. © Jean-Frédéric Schnyder
Jean-Frédéric Schnyder, Teddy douce, 09.1984, et Dritchi VIII, 1986, deux huiles sur toile, Kunstmuseum Bern, collection Toni Gerber, Berne – donations de 1983 et de 1993. © Jean-Frédéric Schnyder
Jean-Frédéric Schnyder, Teddy douce, 09.1984, et Dritchi VIII, 1986, deux huiles sur toile, Kunstmuseum Bern, collection Toni Gerber, Berne – donations de 1983 et de 1993. © Jean-Frédéric Schnyder
Jean-Frédéric Schnyder, Teddy douce, 09.1984, et Dritchi VIII, 1986, deux huiles sur toile, Kunstmuseum Bern, collection Toni Gerber, Berne – donations de 1983 et de 1993. © Jean-Frédéric Schnyder
Publié le 23.04.2022

Temps de lecture estimé : 1 minute

Partager cet article sur:

Berne » Mais quelle fraîcheur! Quel bonheur de voir les explorations artistiques de Jean-Frédéric Schnyder touchant aux limites du kitsch. On est quasiment sûr d’avoir vu sur le chevalet d’un peintre de rue un de ses clowns au regard triste, qu’il a réalisés avec son épouse Margret Rufener. C’est peut-être exactement ce que l’artiste voulait puisqu’il cherche le «normal», «ce qui déclenche des émotions authentiques et peut être perçu comme beau au sens large», selon la documentation accompagnant l’exposition présentée au Kunstmuseum de Berne.

L’institution bernoise a puisé dans sa collection pour montrer notamment les débuts de l’artiste helvétique, dans un accrochage conçu par ce dernier. L’homme né en 1945 a travaillé des matériaux insolites

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11