La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

«Baby Fever», des envies de bébés et des mensonges compulsifs

Au jeu des mensonges, Nana risque de tout perdre. © Netflix
Au jeu des mensonges, Nana risque de tout perdre. © Netflix

Aurélie Lebreau

Publié le 24.06.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Série » Petit ovni (six épisodes de 30 minutes) venu du Danemark, Baby Fever emboîte le pas à Nana (Josephine Park), médecin spécialiste de la fertilité à Copenhague. Si elle excelle dans la clinique où elle exerce, sa vie privée s’apparente à un immense chaos, comme une pelouse de Wimbledon après le passage d’une harde de sangliers gonflés à bloc.

Ainsi lorsqu’elle découvre fortuitement qu’il ne lui reste qu’une poignée de cycles pour tomber enceinte, la trentenaire par un beau soir d’ivresse décide de s’inséminer une dose du sperme de son ex-copain – qu’il avait préalablement confié à la banque de semence voisine de sa clinique. Nul besoin d’un master en psychologie pour comprendre que cette flamboyante petite soirée va avoir des conséquences durab

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11