La Liberté

13.06.2021

Commerçants et restaurateurs continueront à être soutenus

Les restaurateurs pourront continuer à être aidés en cas de difficultés liées à la pandémie de coronavirus (archives). © KEYSTONE/ENNIO LEANZA
Les restaurateurs pourront continuer à être aidés en cas de difficultés liées à la pandémie de coronavirus (archives). © KEYSTONE/ENNIO LEANZA
Partager cet article sur:
13.06.2021

Commerçants, restaurateurs et indépendants continueront à être soutenus en cas de difficultés liées à la crise du coronavirus. Les Suisses ont accepté dimanche la loi Covid-19 à 60,2% lors d'un scrutin peu homogène.

Des cantons latins et urbains arrivent dans le peloton de tête. Avec 70,1% de "oui", Vaud occupe le haut du pavé. Une place acquise de justesse. Genève, le Tessin et Bâle-Ville affichent tous trois plus de 69% de voix favorables. Neuchâtel (66,5%) et Zurich (64,3%) ne sont pas très loin.

Les autres cantons romands, Fribourg (59,9%), le Jura (59,4%) et le Valais (56,9%), ainsi que Berne (60,1%) figurent dans le deuxième groupe. Plus important, ce dernier inclut aussi des cantons plus ruraux, comme Bâle-Campagne, les Grisons ou Zoug.

"Ceinture conservatrice"

L'opposition est elle principalement venue d'une "ceinture conservatrice" traversant la Suisse centrale et orientale, terre de nombreuses manifestations contre les mesures anti-coronavirus. Appenzell Rhodes-Intérieures (60,8%) pointe en tête des détracteurs.

Les cantons "originels", qui ont constitué un comité contre la loi Covid-19, lui emboîtent le pas. Schwyz (59%) affiche le deuxième rejet le plus fort, suivi d'Obwald (56,7%) et d'Uri (54,8%). Nidwald vient peu après avec 51,3% de "non".

Au final, plus de 1,9 million d'électeurs ont approuvé le texte. Et un peu moins de 1,3 million ont glissé un bulletin défavorable dans l'urne.

Pas de vote de défiance

Les Amis de la Constitution n'ont ainsi pas réussi à tourner le scrutin en vote de défiance envers le Conseil fédéral. Confondant la loi Covid-19 et les mesures gouvernementales de lutte contre la pandémie, le camp du "non" a assuré tout au long de la campagne que le gouvernement a rendu "les gens malades par la peur" et leur a enlevé leurs libertés.

La population n'a pas été convaincue. Elle a été plus sensible aux arguments économiques des partisans. La loi Covid-19 définit avant tout les aides financières pour un million de personnes et 100'000 entreprises mises en difficulté par la crise du coronavirus, ont pointé le Conseil fédéral et tous les partis, à l'exception de l'UDC.

Outre les restaurateurs, commerçants et indépendants, les théâtres, cinémas, fitness ou encore agences de voyage en bénéficient. En cas de rejet de la loi, les soutiens financiers auraient pris fin en septembre. Télétravail, fermeture des restaurants, des écoles ou des magasins ou encore vaccination n'ont en outre rien à voir avec le texte, ont-ils rappelé. Ils sont réglés par la loi sur les épidémies.

La loi Covid-19 permet de son côté aussi d'assurer l'approvisionnement du pays en médicaments, appareils respiratoires, équipements de protection et autres biens médicaux importants. Elle pose encore les bases légales pour la prise en charge des tests par la Confédération ou la création d'un certificat vaccinal, vivement critiqué par ses opposants.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00