La Liberté

Le tabac tue, mais est aussi un poison pour la planète

Chaque année, environ 3,5 millions d’hectares de terres sont détruits pour y cultiver du tabac, indique l'OMS. La culture du tabac contribue à la déforestation, surtout dans le monde en développement. © KEYSTONE/ENNIO LEANZA
Chaque année, environ 3,5 millions d’hectares de terres sont détruits pour y cultiver du tabac, indique l'OMS. La culture du tabac contribue à la déforestation, surtout dans le monde en développement. © KEYSTONE/ENNIO LEANZA


Publié le 27.05.2022
Partager cet article sur:


Le tabac n'est pas seulement nocif pour la santé. C'est aussi un poison pour la planète. L'OMS focalise cette année l'attention sur ces effets environnementaux, à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac qui se déroule le 31 mai.

En plus de tuer plus de huit millions de personnes chaque année - 9500 rien qu'en Suisse -, le tabac détruit notre environnement, relève l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Avec à la clé des conséquences négatives sur la santé humaine dues à la culture, la production, la distribution, la consommation et aux déchets liés à ces produits.

La culture, la production et la consommation de tabac libèrent en effet des produits chimiques, des déchets toxiques, des filtres de cigarettes, des microplastiques et des déchets de cigarettes électroniques qui empoisonnent les eaux, les sols, les plages et les rues des villes.

Attention à l'éco-blanchiment

L'OMS met en garde dans ce contexte contre les tentatives de l’industrie du tabac de détourner l'attention de cet impact environnemental grâce des techniques d'éco-blanchiment.

Ces dernières consistent à faire des dons à des initiatives durables et à rendre compte de "normes" environnementales que les producteurs de tabac fixent souvent eux-mêmes.

Déforestation

Chaque année, environ 3,5 millions d’hectares de terres sont détruits pour y cultiver du tabac, poursuit l'organisation onusienne. La culture du tabac contribue à la déforestation, surtout dans le monde en développement. L’abattage des forêts pour y planter du tabac provoque une dégradation des sols et une baisse des rendements, c’est-à-dire la capacité du sol à accueillir d’autres plantes ou cultures.

Dans ce contexte, la diminution de la consommation de tabac doit être considérée comme un levier essentiel non seulement pour atteindre des objectifs directement liés à la santé, mais aussi tous les objectifs de développement durable.

Rendre les producteurs responsables

L'OMS appelle donc gouvernements et responsables politiques à durcir la législation, notamment à appliquer et renforcer les dispositifs existants pour rendre les producteurs responsables des coûts environnementaux et économiques des déchets issus des produits du tabac.

S'agissant des effets sur la santé, la Ligue suisse contre le cancer rappelle vendredi que le tabagisme est le principal facteur de maladie et de décès évitables dans le monde. Plus de 80% des cancers du poumon sont dus au tabac, et sa consommation augmente également le risque de développer d'autres types de cancer, ajoute-t-elle.

L'organisation souligne aussi l'aide offerte par sa Ligne stop-tabac à tous ceux qui souhaitent renoncer à consommer cette substance.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11