La Liberté

Initiative pour une "fiscalité plus équitable" refusée

Les Neuchâtelois ont refusé l'initiative pour une fiscalité plus équitable. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Les Neuchâtelois ont refusé l'initiative pour une fiscalité plus équitable. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Les Neuchâtelois ont refusé l'initiative pour une fiscalité plus équitable. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Les Neuchâtelois ont refusé l'initiative pour une fiscalité plus équitable. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT


Publié le 15.05.2022
Partager cet article sur:


La population neuchâteloise a refusé dimanche l'initiative du POP, déposée en 2017, demandant une "fiscalité plus équitable". La droite, le Conseil d'Etat et le Grand Conseil étaient opposés à l'initiative.

Les citoyens ont rejeté avec 57,82% des voix l'initiative. Le taux de participation s'est élevé à 30,17%.

"Contrairement aux arguments des différentes organisations de droite, c'est le rejet de notre initiative qui demandera davantage d'impôts à la population travailleuse - notamment pour combler le trou béant creusé par la crise sanitaire de deux ans que nous venons de vivre, mais également pour chaque budget public, cantonal ou communal", a réagi le POP dimanche dans un communiqué.

L'initiative demandait que le taux d'imposition de la fortune soit augmenté de 0,7 pour mille dans le barème de référence, soit un total d'environ 1,4 pour mille pour les tranches de fortune au-delà 500'000 francs. Les recettes fiscales annuelles supplémentaires étaient estimées à 13,4 millions de francs.

Selon le POP, l'initiative prévoyait "une hausse modérée" de l'impôt sur les fortunes imposables supérieures à 500'000 francs, soit 140 francs par an pour une fortune de 600'000 francs ou 700 francs par an pour un million. Le texte était soutenu par la gauche et les Verts.

Peur du départ de contribuables

La droite était opposée à cette initiative. Elle ne voulait pas introduire une nouvelle hausse d'impôt alors que la réforme fiscale n'est pas aboutie et que le canton veut améliorer son attractivité.

Le Conseil d'Etat avait rappelé que la Suisse "connaît une forte compétition fiscale entre cantons et une forte mobilité des contribuables". Le canton craignait le départ des contribuables les plus fortunés, pour lesquels le montant supplémentaire à payer pourrait tourner entre 100'000 et 150'000 francs.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11