La Liberté

Changement du climat: les arbres confrontés au gel sont mieux armés

Avec le changement climatique, il fait souvent chaud plus tôt dans l'année. Mais, dans le même temps, le risque de gelées tardives devrait rester au moins aussi élevé (image d'illustration). © KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD
Avec le changement climatique, il fait souvent chaud plus tôt dans l'année. Mais, dans le même temps, le risque de gelées tardives devrait rester au moins aussi élevé (image d'illustration). © KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD


Publié le 28.03.2023


Les arbres soumis au gel parce qu'ils bourgeonnent tôt au printemps paraissent mieux armés pour faire face au changement climatique. Cette floraison précoce les a habitués à souffrir du gel et ils ont développé des moyens pour s'en remettre rapidement.

Selon une nouvelle étude de l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), le changement climatique avance dans la saison le moment de la floraison des arbres. Mais le risque de gel tardif reste élevé.

Les essences qui se remettent rapidement des dégâts causés par le gel pourraient être avantagées à l'avenir, écrit le WSL mardi dans un communiqué. L'étude publiée dans la revue spécialisée Functional Ecology prouve que les arbres qui se remettent bien des gelées peuvent bourgeonner plus tôt dans l'année malgré le risque de gel existant.

Selon l'étude, cette capacité devient de plus en plus importante avec le changement climatique. Il fait souvent chaud plus tôt dans l'année, mais, dans le même temps, le risque de gelées tardives devrait rester au moins aussi élevé. Ainsi, les espèces tolérantes au gel pourraient à l'avenir s'imposer face aux espèces sensibles au gel, ce qui modifierait nos forêts à long terme.

Des arbres prêts à prendre des risques

Pour les arbres à feuilles caduques, choisir le bon moment pour l'apparition de ces dernières est une entreprise risquée. Trop tôt, et toute la production peut être victime d'un seul épisode de gel; trop tard, et des plantes voisines concurrentes peuvent déjà avoir fait main basse sur les ressources rares comme l'eau, les nutriments et la lumière.

Chaque arbre doit ainsi évaluer le niveau de risque à prendre pour faire ses feuilles par rapport à sa capacité à se remettre du gel. Au cours de l'évolution, chaque espèce a ainsi développé le moment optimal pour l'apparition des feuilles.

Pour cette étude, les chercheurs ont fait bourgeonner des arbres mis en pot dans une chambre chauffante, puis les ont exposés au gel dans une chambre froide. Il est apparu que les merisiers et les chênes pédonculés ont de bonnes stratégies pour résister au gel. Les nouvelles pousses des merisiers se forment depuis la base et les chênes ont de nombreux bourgeons de réserve.

En revanche, un charme étudié sur trois n'a pas survécu au gel. Les hêtres communs ont également souffert davantage: leurs feuilles étaient plus petites et leur couronne clairsemée.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11