La Liberté

Avec Kirill Serebrennikov et Tom Cruise, Cannes fait le grand écart

Le président du jury Vincent Lindon a estimé qu'il faudrait "faire attention à être digne, respectueux (...) rien que par hommage pour ceux qui ont des jours beaucoup plus compliqués que les nôtres", en Ukraine notamment. © KEYSTONE/EPA/SEBASTIEN NOGIER
Le président du jury Vincent Lindon a estimé qu'il faudrait "faire attention à être digne, respectueux (...) rien que par hommage pour ceux qui ont des jours beaucoup plus compliqués que les nôtres", en Ukraine notamment. © KEYSTONE/EPA/SEBASTIEN NOGIER
Juste avant la projection de "Top Gun: Maverick", 36 ans après le premier opus, Tom Cruise a reçu une Palme d'or d'honneur. "Surprise!" a tweeté le Festival en annonçant cette récompense. © KEYSTONE/EPA/SEBASTIEN NOGIER
Juste avant la projection de "Top Gun: Maverick", 36 ans après le premier opus, Tom Cruise a reçu une Palme d'or d'honneur. "Surprise!" a tweeté le Festival en annonçant cette récompense. © KEYSTONE/EPA/SEBASTIEN NOGIER


Publié le 18.05.2022
Partager cet article sur:


"Non à la guerre!" à lancé mercredi au Festival de Cannes (sud de la France) le cinéaste critique du régime russe Kirill Serebrennikov. La star hollywoodienne Tom Cruise, attendue sur le tapis rouge, a elle pris la défense des salles obscures.

"Non à la guerre! (...) Je suis absolument convaincu que les gens de la culture sont capables de faire que cette guerre cesse... Cette fin va arriver et on vivra dans la paix", a déclaré, ému, le réalisateur de 52 ans.

Celui qui a enfin pu fouler le tapis rouge après des années d'assignation à résidence, lors d'une montée des marches tout en sobriété, a présenté son nouveau film "La femme de Tchaïkovski" qui a été ovationné par le public durant de longues minutes.

Connu pour ses créations audacieuses et son soutien aux personnes LGBT+, Kirill Serebrennikov inaugure la compétition cannoise dans un film offrant un aperçu intimiste du bref et désastreux mariage du compositeur Piotr Ilitch Tchaïkovski.

Un film politique? "Chaque oeuvre d'art a un contenu politique", a-t-il déclaré lors de la montée des marches.

Envoyer un signal fort

En présentant ce film au premier jour de la compétition, après une intervention à distance mardi soir du président ukrainien Zelensky, le festival entend envoyer un signal fort contre l'invasion russe en Ukraine.

A cela s'ajoute la programmation de plusieurs films ukrainiens ou évoquant le sort du pays, dont "Marioupol 2" du Lituanien Mantas Kvedaravicius, tué début avril en Ukraine. Le film sera présenté jeudi.

Tant que la guerre durera, le rendez-vous mondial du cinéma refuse d'accueillir "des représentants officiels russes, des instances gouvernementales ou des journalistes représentant la ligne officielle" russe, mais il s'est toujours dit prêt à accueillir les voix dissidentes.

C'est la deuxième année de suite que le réalisateur brigue une Palme d'or. Assigné à résidence à Moscou, il avait l'an dernier présenté à distance son long-métrage "La fièvre de Petrov". Dans le palais des festivals, le fauteuil frappé de son nom était resté vide, comme en 2017 lors de la présentation de "Leto".

Aujourd'hui installé à Berlin, il expliquait fin avril à l'AFP avoir quitté Moscou "pour une question de conscience", même s'il refuse le terme de dissident.

Tradition politique

Mardi, le président du jury Vincent Lindon avait estimé, lors de la conférence de presse, qu'il faudrait "faire attention à être digne, respectueux (...) rien que par hommage pour ceux qui ont des jours beaucoup plus compliqués que les nôtres", en Ukraine notamment.

Un soutien qui s'inscrit dans la tradition politique du festival qui fête cette année sa 75e édition. Comme en 2010, lorsque Thierry Frémaux et le Festival de Cannes ont témoigné de leur soutien au réalisateur Jafar Panahi, en l'invitant comme membre du jury alors qu'il était emprisonné en Iran.

Cruise reçoit une Palme d'honneur

A quelques heures d'intervalle, l'arrivée de la star Tom Cruise en hélicoptère, selon la mairie de Cannes sollicitée par l'AFP, a créé l'émoi.

Juste avant la projection de "Top Gun: Maverick", 36 ans après le premier opus, l'acteur a reçu une Palme d'or d'honneur. "Surprise!" a tweeté le Festival en annonçant cette récompense.

Auparavant, il avait animé une masterclass durant laquelle il a pris la défense des salles de cinéma contre les plateformes de streaming.Surprise!" a tweeté le Festival en annonçant cette récompense. Auparavant, il avait animé une masterclass durant laquelle il a pris la défense des salles de cinéma contre les plateformes de streaming.

"Je fais des films pour le grand écran. Mes films ne sortiront pas directement sur les plateformes. Aller au cinéma, c'est partager une expérience, quelle que soit notre culture ou notre langue. Je vais voir les films en salles quand ils sortent. Je mets ma casquette (pour ne pas être reconnu)", a déclaré la star, ovationnée par un parterre de 1000 personnes.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11