La Liberté

Vague d'escroqueries par téléphone

Des tentatives d’escroqueries se multiplient depuis quelques semaines dans le canton. Leurs auteurs se font passer pour des policiers, indique la Police cantonale fribourgeoise dans un communiqué.

La police appelle la population à la prudence. (photo prétexte) © Vincent Murith
La police appelle la population à la prudence. (photo prétexte) © Vincent Murith

LMP

Publié le 21.01.2022
Partager cet article sur:

Un Fribourgeois âgé de 90 ans reçu un curieux coup de fil ce jeudi après-midi, comme il l’a raconté à La Liberté. «Mon interlocutrice m’a dit qu’elle était de la police et que notre fille avait eu un grave accident avec sa voiture, qu’elle avait heurté une dame. Elle a ajouté que ma fille n’avait pas été blessée mais qu’elle était partie sans s’occuper de la dame. Elle m’a ensuite demandé de lui remettre 40 000 francs, sinon ma fille serait mise en prison. J’ai répondu que nous n’avions pas d’argent. Elle m’a alors demandé si nous avions de l’or, des bijoux. J’ai dit que je ne voulais pas payer et tout à coup, elle a raccroché», raconte le retraité. L’homme précise que durant le coup de fil, on lui a même passé une femme en pleurs prétendant être sa fille, hospitalisée. Mais il n’a pas été dupe: «Ma femme m’a dit que ce n’était pas possible. Ma fille est infirmière, elle ne serait pas partie sans aider.» Un coup de fil à la Police cantonale fribourgeoise puis au mari de sa fille ont confirmé ces doutes.
Cette mésaventure est loin d’être isolée. «Depuis quelques semaines, plusieurs cantons suisses sont confrontés à une vague d’arnaques téléphonique visant à intimider et à escroquer des personnes âgées. La plupart des cas concernent la Romandie et la Suisse orientale», indique un communiqué de la Police cantonale fribourgeoise, qui précise que certaines des arnaques en restent au stade de la tentative. Le mode opératoire est pratiquement toujours le même: les escrocs expliquent qu’un membre de la famille a été impliqué dans un accident de la route et qu’il est en détention ou à l’hôpital. Ils prétendent ensuite que la personne doit payer une certaine somme, soit pour couvrir les frais d’hospitalisation, soit pour verser une caution en vue de sa libération. «Il s’agit souvent de plusieurs dizaines de milliers de francs suisses», précise le communiqué.
La police donne plusieurs conseils: il ne faut jamais entrer en matière pour une demande d’argent par téléphone et ne jamais remettre d’objets de valeurs ou d’argent à des personnes inconnues. Elle recommande, si l’interlocuteur met la pression, de raccrocher immédiatement, et de signaler toute situation suspecte au 117.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • Succès pour les bolides à combustible

    La première course de modèles réduits à hydrogène à l'échelle un dixième a attiré plus de 700 personnes à Romont samedi. Une manière ludique de mettre en avant...
  • Elfic gagne l'acte III de la finale

    Elfic Fribourg n'est plus qu'à une victoire du titre de SB League féminine (2-1 dans la série). Les Fribourgeoises ont peut-être fait le plus dur en s'imposant...
  • On a dansé sur la cathédrale

    Une trentaine de personnes ont pu danser des slows sur le clocher de Saint-Nicolas, samedi après-midi, à l'occasion de la Fête de la danse qui s'achève ce...
  • Sâles dit non aux éoliennes

    Les citoyens de la commune gruérienne ont dû se prononcer ce week-end sur deux objets liés à l'installation d'éoliennes sur leur territoire.
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00