La Liberté

Les joies furtives du télémarketing

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le télémarketing et ses démarcheurs auront toujours, à défaut de records de popularité, la sympathie de notre chroniqueur. DR
Le télémarketing et ses démarcheurs auront toujours, à défaut de records de popularité, la sympathie de notre chroniqueur. DR
Partager cet article sur:
16.09.2020

Michaël Perruchoud

Le mot de la fin

Un printemps vieux de vingt ans, sous prétexte de financer la fin de mes études, j’ai commencé une brève carrière dans le télémarketing. Au fond d’un grand open space, casque sur les oreilles et micro devant le nez, je téléphonais partout en Romandie, entre 7 et 21 h, usant des arguments les plus fallacieux pour refourguer à de pauvres gens toute une panoplie d’objets inutiles et trop chers.

Avec mes collègues, nous nous nommions au choix Laurent Contat ou Corinne Favre. L’usage du pseudonyme est recommandé car il est, semble-t-il, épuisant de se faire insulter vingt fois par jour sous sa vraie identité. Nous passions des appels à la chaîne, ou plutôt, l’ordinateur les passait pour nous sitôt que nous avions raccroché.

Chaque heure, le chef de salle affichait notre taux de vente sur un

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00